IDSAHEL - Logo

L’acacia albida

L’acacia albida

Acacia albida Del.Synonymes : Acacia gyrocarpa Hochst., Acacia leucocephala, Acacia saccharata Benth., Faidherbia albida (Del.) A. Chev.

Famille : Mimosaceae

Caractères : Grand arbre de 15 à 25 m, au maximum de 30 m, atteignant un diamètre de plus de 1 m. Les vieux sujets forment une immense cime hémisphérique, tandis que celle des jeunes est en cône renversé.

L’arbre se caractérise par ses rameaux gris clair (blanchâtres) formés de courts segments en ligne brisée. Epines droites et fortes, insérées par paires à la base des feuilles, épaissies à la base, jusqu’à 5 cm de long et à pointe brun clair.

Ecorce grise, épaisse et fissurée sur les vieux arbres ; tranche fibreuse, rose à brun clair. Feuilles vert bleuté, bipennées, alternes, avec 3 à 12 paires de pinnules ayant 6 à 23 paires de folioles, qui mesurent 12 mm de long et jusqu’à 5 mm de large et se chevauchent en partie. Acacia albida est la seule espèce du Sahel à perdre ses feuilles pendant la saison des pluies et à être feuillée pendant la saison sèche.

Les inflorescences en épis axillaires denses de 7 à 10 cm apparaisent deux mois environ après la feuillaison. Fruits typiques en fortes gousses orange vif de 10 à 15 cm de long et de 2 à 3 cm de large, enroulées en spirale comme des rondelles de pommes séchées (en anglais apple-ring tree) ; elles n’éclatent pas à maturité et tombent environ trois mois après la floraison ; elles contiennent 10 à 20 graines brillantes brun foncé, avec une petite verrue.

Distribution : Toute l’Afrique, du Sud de l’Algérie au Transvaal et du Sénégal à la Somalie, de préférence dans les régions semiarides avec 400 à 900 mm de pluie par an. Quelques individus au-delà du Nil jusqu’en Syrie.

Stations : Essence très plastique. Pousse avec des précipitations de 300 à plus de 1800 mm, supporte des sécheresses longues (pluriannuelles) et des inondations de quelques semaines. Au Proche-Orient prospère encore avec des températures mensuelles hivernales de 6° C à peine, malgré des gels nocturnes réguliers. En Afrique tolère des températures diurnes dépassant 40° C.

Bien que ce soit essentiellement un arbre des plaines alluviales et des forêts ripicoles, il se rencontre de -270 m près de la Mer Morte et à 2700 m (Djebbel Marra) au Soudan. Peu exigeant quant à la structure et la richesse du sol, il réclame une nappe phréatique assez haute, qu’il doit atteindre avec sa racine pivotante avant de commencer sa croissance en hauteur. Il lui faut donc des sols humides en permanence au moins entre 2 et 10 m.

Grâce à son long pivot, l’arbre est plus ou moins indépendant des précipitations, de l’eau superficielle et de la fertilité des horizons supérieurs du sol et il ne concurrence…

Comment pouvons-nous vous aider?

Contactez-nous à notre siège ou soumettez une opportunité en ligne dès maintenant.

vous cherchez à nous rejoindre ou nous proposer une autre personne?